POUR  ALLLER  PLUS  LOIN  SUR  LE  SUJET  RELATIF  À  LA  POSSESSION  DU  CHRETIEN,  MÊME  S'IL  AVAIT  ÉTÉ  DÉJÀ  UNE  DÉLIVRÉ

 

Par AKPAGAN K. M. Cyrille

 

La question revient !  La voici :

Un chrétien pourrait-il encore être possédé ? 

 

Jésus explique : Un chrétien pourrait encore être possédé, et sa dernière condition pourrait même être pire que la précédente !  Qu'est-ce qui le prouve, demanderiez-vous ? Eh bien, lisez patiemment ce qui suit !

 

Prenons l’exemple de quelqu’un qui a été délivré et guéri par Jésus-Christ !

 

Suivons ce que rapporte cet extrait de l'Évangile : «  Ils arrivèrent à l'autre bord de la mer, dans le pays des Gadaréniens. Aussitôt que Jésus fut hors de la barque, il vint au-devant de lui un homme, sortant des sépulcres, et possédé d'un esprit impur. Cet homme avait sa demeure dans les sépulcres, et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne. Car souvent, il avait eu les fers aux pieds et avait été lié de chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les fers, et personne n'avait la force de le dompter. Il était sans cesse, nuit et jour, dans les sépulcres et sur les montagnes, criant, et se meurtrissant avec des pierres. Ayant vu Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui, et s'écria d'une voix forte : Qu'y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t'en conjure au nom de Dieu, ne me tourmente pas. Car Jésus lui disait : Sors de cet homme, esprit impur !  Et, il lui demanda : Quel est ton nom? Légion est mon nom, lui répondit-il, car nous sommes plusieurs...   Les gens allèrent voir ce qui était arrivé. Ils vinrent auprès de Jésus, et ils virent le démoniaque, celui qui avait eu la légion, assis, vêtu, et dans son bon sens ; et ils furent saisis de frayeur.»  (Marc 5 :1-15).

 

Voilà ce qui s'est passé ! Le grand jour est arrivé pour cet homme possédé de démons. Il a rencontré Jésus-Christ sur son passage… Et c’était sa libération, sa délivrance, sa rédemption. Car en grec, le verbe « σωζω » (« sauver »), veut dire en même temps : "libérer" , "délivrer", guérir", "régénérer", etc.    Ce démoniaque a été guéri, régénéré : il a retrouvé son bon sens, sa logique, la raison humaine. Gloire à Dieu !

 

Mais voici une question : Si cet homme était, par hasard, dans une de nos églises, hésiterions-nous à aller le mettre dans un centre psychiatrique ? Hésiterions-nous à dire à ses parents de l’emmener cher un psychiatre ? Vous voyez qu’il y a bien des cas que nous avons traités ou que nous traitons malheureusement ainsi, par notre logique profane et nos connaissances universitaires. N’avons-nous pas négligé des vies humaines ainsi malades dans nos églises ? Sommes-nous démissionnaires de l’œuvre et de la mission du Christ ?  Au lieu de nous occuper des âmes en détresse, nous les envoyer chez des psychiatres ! Quel foi avons-nous ?  Nous sommes bien des christologues, des ecclésiologues, des théologues ...., mais avons-nous la foi à la dimension de ce que Jésus attend de nous pour libérer les âmes malades, possédées et en détresse ?

 

Question : Un démoniaque qui a été délivré et guéri par Jésus-Christ, pourrait-il encore être possédé ?

 

Ecoutons la réponse donnée par le Seigneur-Rédempteur : 

 

« Lorsque l'esprit impur est sorti d'un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n'en trouve point.  Alors il dit : Je retournerai dans ma maison d'où je suis sorti; et, quand il arrive, il la trouve vide, balayée et ornée.  Il s'en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s'y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première.» (Matth. 12:43-45). Que remarquez-vous ? Ne voyez-vous pas que quelqu'un qui a été délivré par Jésus pourrait encore être possédé ?  Écoutons aussi ce que Jésus a déclaré un jour à quelqu'un qu'il a guéri : " Voici, tu as été guéri ; ne pêche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire." (Jean 5:14). Nous comprenons qu'un chrétien pourrait encore être possédé.(1)

 

Délivrance - Rédemption ---- Racheter - Sauver - Guérir

"Le Fils de Dieu est apparu pour nous délivrer, et pour détruire les oeuvres du diable" (1 Jean 3:8).

 

C'est dans ce sens qu'il ne faut pas prendre l'ivraie pour le blé, ni le blé pour l'ivraieLe diable n'a pas établi la délivrance, car c'est plutôt dirigé contre ces oeuvres. En effet, dans l'Apocalypse, il est : "A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen !  Cette doxologie est mentionnée par rapport à la délivrance que nous avons en Jésus et qui nous est garantie. Comprenons bien : il nous faut être délivrés par Jésus-Christ, avant de constituer Son royaume de sacrificateurs. Par l'acte de délivrance opérée par Jésus-Christ, nous sommes donc libérés de l'emprise de Satan. La délivrance relève de la destruction des oeuvres de Satan par Jésus-Christ. C'est pourquoi il est écrit que "Le Fils de Dieu est apparu, afin de détruire les œuvres du diable." (1 Jean  3:8). Un possédé qui reçoit une délivrance est libéré de l'emprise de Satan qui s'exerçait sur lui depuis des années. Sous cet angle, une délivrance vécue par le Saint-Esprit, est comme une bombe qui, par la puissance de Jésus-Christ, explose dans l'empire de Satan, "pour libérer les captifs ". Ainsi, toutes nos prières sont comme des flammes de feu dirigées comme lui, le prince des ténèbres. C'est la raison essentielle pour laquelle il empêche certaines personnes de prier, des église entières de passer des moments dans la prière. Mais il ne faut plus se hasarder sur le terrain de l'ennemi, ou si l'on y déjà, il faut prendre la décision en Jésus-Christ d'en sortir. Sinon, cela pourrait devenir pire pour celui pratique les oeuvres des ténèbres.

 

    Rédemption = Délivrance

 

Il est écrit : "...elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui délivrera son peuple de ses péchés." (Matth. 1:21)" Le verbe "délivrera" se dit en grec ancien "σώσει", (prononcé : "soosséi"), futur de l'infinitif actif σώζειν (prononcé : sozéinn, (« sauver »). Ce verbe est du champ lexical de "sauver", "guérir", "délivrer", "restaurer". De σώζειν (prononcé : sozéinn), sortira le nom déverbal grec "σωτήρ" (prononcé : "sootêr") qui veut dire "Sauveur""Délivreur".  Or, le nom "Jésus", qui vient de l'hébreu Yahaoushouah, composé de YAH  (Eternel) et Shouah (Sauveur, Délivreur), signifie littéralement L'Eternel-Sauveur. Donc le nom Jésus signifie "Dieu Sauveur""Dieu Délivreur", "Eternel-Libérateur" ce qui se traduit en latin par l'expression "Deus Rédemptor" qui singifie "Dieu Rédempteur". Or le nom "Redemptor vient du verbe latin "redimere (prononcé : rédiméré) signifiant "racheter""sauver", "délivrer"Le participe passé de ce verbe est "redemptus"du supin latin "redemptum", d'où sortira le nom latin "rédemptio", qui donnera en français "rédemption" qui veut dire action de "racheter", de "délivrer", de "libérer". Donc, "Rédemption" = "Délivrance"

 

La délivrance , c'est un ministère établi et vécu par Jésus-Christ Lui-même. (Voir Luc 6:17-19; Actes 8:36; Jean 8:36, etc.). La rédemption est aussi synonyme de la délivrance. (Apoc. 1:6). Dans la proclamation inaugurative de son ministère, Jésus a mentionné et annoncé le ministère de la délivrance, ainsi que nous le lisons dans les versets suivants. "L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour  publier  une  année de grâce  du Seigneur.  Ensuite,  il  roula le livre, le remit au serviteur, et s'assit. Tous ceux qui se trouvaient dans  la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : Aujourd'hui cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, est accomplie.» (Luc 4:16-22). Oui, pour publier une année de grâce du Seigneur… «Pour dire aux Captifs : Sortez ! Et à ceux qui sont dans les ténèbres : Paraissez ! Ils paîtront sur les chemins, et ils trouveront des pâturages sur tous les coteaux.» (Ésaïe 49:9). Et encore : « L'Esprit du Seigneur, l'Éternel, est sur moi, car l'Éternel m'a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers la délivrance » (Ésaïe 61:1). N'est-ce pas là le ministère de la délivrance inauguré et vécu par Jésus-Christ.  Et encore :  "Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés." (Col.1:12-14). 

 

Il faut donc faire attention, pour ne pas "cracher" contre l'oeuvre de Jésus-Christ. Attaquer le ministère de la délivrance en Jésus-Christ, c'est attaquer la rédemption elle-même. Et c'est plutôt dangereux pour celui qui agit ainsi ! Si nous n'avons le don de la délivrance, n'abordons même ce domaine, pour prétendre en parler, car nous risquons de créer de la confusion, et nous serons tentés d'arracher l'ivraie et le blé ensemble...

 

1): Que faire pour ne plus tomber sous la domination des démons ? Pour le savoir, reportez-vous au livre : Les Dimensions de la prière et de la vie de prière (Cliquez sur le titre)

 

AKPAGAN K. M. Cyrille

Conférencier et formateur biblique

Evangéliste itinérant

Prédicateur de réveil

Accompagnateur spirituel

Par la grâce de Dieu et pour Sa gloire

 

 Contact : akpagancyrille@free.fr

                 +33 6 37 82 07 41  

 

                                                 Retour au sujet principal