POURQUOI  CERTAINES  PERSONNES  SONT-ELLES  TOUJOURS  MÉCHANTES  

TOUT  EN  PRÉTENDANT  ÊTRE  CHRÉTIENNES ?

 

Par AKPAGAN  K.  M.  Cyrille

 

   

L'œuvre de la rédemption accomplie par Jésus-Christ, dont la justice est imputée à tout pécheur qui croit en Lui, implique la garantie de la régénération et de l'Espérance par l'action du Saint-Esprit pour le renouvellement de l'intelligence, de la mentalité, ce qui est synonyme de la conversion. Une nouvelle vie, appelée la nouvelle naissance, commence, si et seulement si l'on accepte de vivre chrétiennement au quotidien, en renonçant volontairement à son "vieil homme" par la grâce transformatrice de Dieu en Christ. L'apôtre Paul en parle dans Éphésiens 4: 17-24, lorsqu’il écrit : « Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur cœur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité. Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.» C'est la sanctification progressive.

 

La question qui se pose, c'est de savoir pourquoi la méchanceté et l'esprit de persécution intra-fraternelle jalonne tant la vie des Chrétiens, au point d'avoir créé et d'engendrer des ravages tout au long du christianisme, et même dans des communautés chrétiennes de nos jours. Certains attribuent cela au pouvoir papal, aux autorités impériales, antiques, médiévales ou modernes, etc. Certes,  mais lorsque des Chrétiens d'aujourd'hui se persécutent, se tirent dessus, se salissent et sabotent l’œuvre qu'accomplissent leurs frères de la foi, même dans la même communauté, y a-t-il là, parmi eux, un pape, un empereur ou une autorité politique, qui les pousserait à agir de la sorte ? Au fond, quelle pourrait être la cause de cet état d'esprit de méchanceté, de sabotage, de jalousie, qui anime certaines personnes dans leur communauté ?

 

Des propensions et autres tendances à faire le mal, héritées de la sorcellerie ancestrale.

 

Certaines personnes, même "chrétiennes", ont une propension à faire le mal contre leurs frères et sœurs, et elles traînent avec elles cette vie de méchanceté à saboter le travail de leurs frères, à mentir sur eux, à médire d'eux, à les calomnier, et à être en permanence remplies de colère, malgré le nom de "chrétien" qu'elles portent. D'où cela vient-il ?  Pourquoi sont-elles dans cet état chronique ?

 

C'est que ce sont des gens qui ont en eux des esprits impurs de sorcellerie, soit volontaire, soit involontaire, soit familiale ou héréditaire, donc ancestrale, mais dont ils ne sont jamais délivrés : cela les anime, les poursuit, les rend nerveux, et cela finit par devenir leurs caractères. Par conséquent, ils deviennent des agents destructeurs de l'œuvre du Christ. Ils sont perturbés par l'héritage sorcier venant de leurs familles immédiates ou ancestrales, soit du côté paternel, soit du côté maternel ! Car la sorcellerie familiale ne disparait jamais de la famille, lointaine ou présente, du côté paternel ou maternel, et devient un héritage transmissible de génération en génération, sauf si elle est combattue par la puissance de Jésus-Christ, en vue de la délivrance de la personne concernée. Ceux qui portent cela en eux, n'ont pas été libérés de ce mal et de ces tendances enracinées en eux. Ils agissent inconsciemment sous son contrôle : ils détruisent l'oeuvre de Dieu... De tels comportements viennent donc des tendances héréditaires et de la culture ancestrale : elles sont donc cultivées et entretenues. Ces personnes ont donc besoin de délivrance ! Mais elles ne seront délivrées que si elles le désirent et en font la demande au Seigneur par la prière. Dans certains cas, elles ont besoin d'être accompagnées dans des séances de délivrance systématique.

 

Dans une lettre, la Lettre 60, adressée,  le 21 avril 1900, à un membre d’église de Rochester, New York, Ellen G. White a écrit : "Si nous voulons travailler avec sagesse et intelligence, nos passions humaines, nos tendances héréditaires et cultivées, doivent être soumises au contrôle d’une autorité supérieure à l’entendement  humain... ». Cette "autorité supérieure", qui est celle du Christ, peut libérer toute personne de ses tendances héréditaires.  Jésus déclare : "Vous serez réellement libres, si le Fils vous libère."  (Jean 8:36).

 

Des actes de méchanceté sous le contrôle des tendances héréditaires

 

Observons, à titre d'exemple, ce type de comportement chez quelqu’un nommé Diotrèphe parmi les membres d’une communauté chrétienne du temps des apôtres. Sous la puissance négative qui l’animait, il bloquait l'œuvre de Dieu, empêchait ses frères de la foi et les chassait de l'église, ainsi que l'explique ici l'apôtre Jean : « Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point…, tenant contre nous de méchants propos ; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l’Église.» (III Jean 9 et 10). Un tel comportement est-il pour l'œuvre du Christ ou pour l’œuvre de l'Antichrist? N'est-ce pas la preuve de l'existence des "tendances héréditaires et cultivées", présentes et obsédantes, mais non combattues, dans la vie de cette personne, pourtant "chrétienne"?

 

Dans un autre manuscrit, le  Manuscrit 78, copié le 17 juin 1898, relatif à « Je suis le vrai cep », Ellen G. White a encore parlé des "tendances héréditaires et cultivées"Elle explique que pour vaincre ces tendances, « Le cœur doit être uni au cœur du Christ, la volonté doit être soumise à sa volonté, l’esprit doit devenir un avec son esprit, les pensées doivent être amenées captives en lui.» Puis elle fait remarquer qu'"Un homme peut être baptisé, son nom inscrit sur les registres de l’église, et cependant son cœur n’est pas changé. Les tendances héréditaires et cultivées peuvent encore endommager le caractère." Et c’est un facteur déterminant de la formation des types de caractères, par lesquels on se croit à tort supérieur aux autres, et par lesquels on prétend malheureusement avoir un pouvoir de domination sur son frère ou sur sa sœur, au point de les condamner.

    

         Or, aucun Chrétien n'a reçu le pouvoir de condamner son frère

 

Aucun Chrétien, digne de ce nom, et quels que soient son titre et son degré de spiritualité, n'a le pouvoir de condamner son frère (ou sa sœur). Il n'a aucun droit de se prévaloir sur son frère. Il peut seulement le conseiller, l'aider à mieux faire ou à mieux vivre. Mais en dehors de cela, il n'a aucun pouvoir sur son frère ou sur sa sœur, car il est toujours, lui aussi, un pécheur ! Il n'a donc pas ce pouvoir de condamner son frère ou sa soeur, et il ne peut pas l'avoir, sauf s'il veut être un Antichrist. Car toute personne, dont la pensée, le langage, le caractère et les actes s'opposent à ceux du Christ, doit se poser la question de savoir s'il est pour le Christ ou s'il est contre Lui. Et, être contre le Christ, et usurper Ses prérogatives, n'est-ce pas se révéler un "Antichrist"L'incompréhension de l'Évangile et un problème de transformation de caractère, ou de conversion, poussent certaines personnes à se croire malheuereusement meilleures que leurs frères et sœurs, ce dont Jésus a parlé dans Luc 18:9-14, qu'il faut lire. Ce sont des personnes qui affichent leur exubérance psycho-mentale, et qui brandissent leurs personnalités comme une épée de Damoclès dans les églises. Elles font usage de terrorisme spirituel sur leurs frères et soeurs de la foi. Ces personnes n'hésitent donc pas à persécuter leurs frères et soeurs, et à saboter les actions qu'ils accomplissent pour le Christ. Contre cet état d'esprit, par lequel certains scandalisent leurs frères, Jésus a donné un avertissement sévère, -mais très souvent oublié-, lorsqu'Il dit : "Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât au fond de la mer." (Matth. 18:6). On comprend par là le jugement terrible qui attend ceux qui, par leur orgueil et leur surestimation de soi,  attaquent leurs frères et soeurs chrétiens,  en se croyant à tort au-dessus d'eux !

 

Alors que faire ? L'Évangile peut délivrer toute personne victime des tendances héréditaires et cultivées. Pour cela, il faut avoir conscience de son propre mal spirituel, et demander à en être délivré au nom de Jésus-Christ par le Saint-Esprit. On a donc besoin de délivrance. Mais comment ? D'abord, pourquoi une délivrance ? Qu'est-ce cela implique ? Pour le savoir, cliquez sur le lien suivant !

 

https://www.christ-vie-et-action.fr/intercession-d%C3%A9livrance-et-cure-d-%C3%A2me/comprendre-les-notions-de-possession-et-de-d%C3%A9livrance/

 

AKPAGAN K. M. Cyrille

______________________________

CHRIST-VIE-ET-ACTION 

La vie du Christ et l'action du Christ !  Pour mener l'action du Christ, il faut avoir la vie du Christ. Et pour avoir la vie du Christ, il faut avoir l'Esprit du Christ. En effet, "si quelqu'un n'a pas l'Esprit du Christ, il ne lui appartient !"  (Rom. 1:17).

Contact : christvieetaction@free.fr       

                                          

                                             Retour à la page des thèmes