L'AVORTEMENT : QU'EN DIT LA BIBLE ?

 

Pour le salut de tous, le Seigneur me permet, par Sa grâce, de parler de ces choses vertement, sans rien en cacher par des tournures de rhétorique trompeuse, où souvent l’on fait usage d’euphémisme ou de paroles douces et flatteuses qui enfoncent l’Homme dans l’abîme du péché. En effet, dans ce monde finissant où la laïcisation des valeurs sacrées devient la voie maligne de leur profanation, il faut appeler les choses par leurs noms, afin que l’Homme sorte du péché, pour sauver sa vie. Et les choses, que l’on a peur de dire, sont souvent celles qui nous détruisent le plus. On ne préconise pas ici d’aller détruire la vie privée de quelqu’un en public, mais de lui parler dans le sens de Dieu, pour qu’il soit sauvé. N’est-ce pas là, en résumé, le ministère de la Bonne Nouvelle du salut ? Dieu y tient, et il envoie toujours des messagers à son peuple d’ici et d’ailleurs. C’est pourquoi : « Ainsi  parle l’Éternel : Tiens-toi dans le parvis de la maison de l’Éternel, et dis à ceux qui, de toutes les villes de Juda, viennent se prosterner dans la maison de l’Éternel, toutes les paroles que je t’ordonnerai de leur dire ; n’en retranche pas un mot.»  (Jér. 26:2). Car « vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.» (Jean 8:32).

 

« Tu ne tueras point »

 La vie est sacrée car elle vient de Dieu qui est Saint. Jésus dit : « Je suis la vie ». (Jean 11:25). Il est clairement stipulé dans le décalogue de ne pas tuer : « Tu ne tueras point ». (Exode 20:13). Dans ce même sens, et pour ce qui concerne plus précisément l’avortement, Dieu ne prévoit pas pour Ses enfants, ni l’avortement naturel et accidentel, ni l’avortement volontairement provoqué. Voici ce qu’Il en dit : « Il n’y aura dans ton pays ni femme qui avorte, ni femme stérile. Je remplirai le nombre de tes jours ». (Exode 23:26). Aujourd’hui, comme de tous les temps, bien des gens détestent la vérité qu’on leur montre : « Car ce sont des enfants qui ne veulent point écouter la loi de l’Éternel, qui disent… aux prophètes : ‘‘ Ne nous prophétisez pas des vérités, dites-nous des choses flatteuses, prophétisez des chimères’’». (Ésaïe 30:9,10).  Faut-il plaire aux hommes ou obéir à Dieu ? Faut-il dire des contrevérités ou maquiller la vérité dans l’intention de plaire aux hommes et chercher leur faveur ? Paul dit bien : « Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ ». (Galates 1:10).

 

 Avorter, c'est tuer un enfant ; tuer un enfant, c'est tuer une future famille; tuer une famille, c'est anéantir un village entier ou un groupe ethnique, donc un avorteur est pire qu'un kamikaze    

Dans  cette  civilisation dite postmoderne, le danger  de l’avortement est maquillé par l’expression adoucissante et trompeuse de « IVG » (Interruption volontaire de grossesse.) Et beaucoup de personnes se bercent d’illusion d’avoir le droit d’assassiner un enfant en gestation, sans qu’elles s’imaginent qu’elles vont en rendre compte devant Dieu, le Père de la vie. Qui peut prétendre s’arroger volontairement le droit de tuer un enfant qui a aussi droit à la vie comme nous tous ? Même des chrétiens, suivant les lois de Babylone, prennent un malin plaisir à se livrer à l’avortement, alors qu’ils savent qu’il est écrit : « Tu ne tueras point.» Comme le péché est toujours contagieux et qu’il a souvent des associés passifs ou actifs, ceux qui se livrent à l’avortement, ont, eux aussi, leurs conseillers en la matière, qui les encouragent dans ce sens. Ils poussent ainsi leurs amis ou leurs proches à commettre l’avortement, leur proposant des plans et des méthodes pour la destruction de la vie d’un enfant, par surcroît, innocent et qui n’a fait de mal à personne, mais que l’on étouffe avec cruauté jusqu’à ce que mort s’ensuive ! Quelle horreur ! Quelle cruauté ! N’est-ce pas là un homicide volontaire ? D’autres, pourtant chrétiens, y participent d’une manière ou d’une autre, ou par leur profession, leur influence, leur liberté. Ne savent-ils pas qu’ils sont placés là, dans leur profession, par la grâce divine, pour rendre témoignage à la vérité, et sauver la vie, au lieu de la détruire ? Ne savent-ils pas que Dieu attend d’eux de délivrer ceux qu’on va égorger et de sauver ceux qu’on traîne à la mort ? Dans Proverbes 24:11, il est écrit : « Délivre ceux qu’on traîne à la mort, et ceux qu’on veut égorger, sauve-les. Si tu dis : Ah ! nous ne savions pas ! ... Celui qui pèse les cœurs ne le voit-il pas ? Celui qui pèse les cœurs ne le connaît-il pas ? Et ne rendra-t-il pas à chacun selon ses œuvres.» Pourquoi garder le silence sur des actes abominables, et se rendre complice et coupable des péchés des autres ? Ceux qui participent à l’avortement oublient qu’ils comparaîtront tous à la barre de la Cour céleste, au Jour du Jugement, pour assassinat volontaire et complicité, et pour non-assistance à personne (c’est-à-dire à l’enfant) en danger. Pourquoi comparaîtront-ils devant le tribunal de Dieu ? Voici la réponse biblique : « Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font.» (Rom. 1:32). Ne savons-nous pas que la vie est sacrée ? Où est alors le respect du sacré, si l’on se livre à l’avortement ? La Bible est claire sur bien des aspects relatifs au jugement de Dieu. Et Paul le confirme aussi : « Ce qu’un homme aura semé, il  le moissonnera aussi ». (Gal. 6:7).

 

Il est certain que l’on ne peut pas forcer les gens à se conformer aux principes de Dieu,  mais  tout  serviteur de Dieu a la mission et l’obligation morale de prêcher le langage de la vérité, sans y mettre de ses propres opinions. Certaines personnes, ayant une autre compréhension de la Justice de Dieu et de la justification, qu’elles prennent au rabais, croient qu’il n’y aurait pas de jugement, parce que, prétendent-ils, le chrétien est justifié. Ces personnes confondent « justifié » et « jugé ». On est certes justifié par la grâce, mais l’on sera  jugé  par  la  loi, sur la base des œuvres produites.  Il y a donc un jugement. Jésus-Christ lui-même déclare bien : « Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné.» (Matthieu 12:36,37). Il affirme encore : « Ceux qui auront fait le bien, ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement ». (Jean 5:29). Ici, le mot « jugement » signifie « condamnation, opprobre, honte ». Et il ajoute plus loin : « Au jour du jugement, les hommes de Ninive se lèveront avec cette génération et la condamneront, parce qu’ils se repentirent à la prédication de Jonas ; et voici, il y a ici plus que Jonas.» (Matthieu 12:41). Les apôtres savaient qu’ils seraient aussi jugés. Voici,  en effet,  ce  que  déclare l’apôtre Jean : « Tel il est, tels nous serons aussi dans ce monde : c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement.» (I Jean 4:17). Et Job aussi en était certain : « Craignez pour vous l’épée (…) et sachez qu’il y a un jugement.» (Job 19:29).

 

Un témoignage frappant et avertissant

 Dans le livre de l’Apocalypse, au chapitre 20, et au verset 12, il est écrit : « Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. » Il est clair que cette vision annonce un grand jugement à venir, celui sur lequel, Dieu, dans Sa grâce, attire notre attention, afin que nous pratiquions Ses lois et que nous restions dans Sa Justice, afin que le jugement à venir ne soit pas pour nous une condamnation, mais une réhabilitation, une restauration par la Justice divine. Par ailleurs, la question que l’on pourrait se poser ici, c’est de savoir pourquoi des «petits» se tiennent aussi devant le tribunal de Dieu. Les enfants ne sont-ils pas souvent supposés innocents ? Que cherchent-ils donc devant le trône de Dieu ? N’attendent-ils pas de la part de Dieu qu’Il leur fassent justice des crimes et des violences dont ils avaient été victimes sur cette terre, dans leur candeur ou leur innocence ? 

 

Dans un témoignage écrit, portant sur une révélation que Dieu a montrée à une femme, en 1993, et publiée par une société missionnaire suisse, cette femme, transportée à la cour céleste pour quelques jours, et revenue ensuite sur terre, a raconté les choses que Dieu lui a révélées pendant plusieurs jours, sur l’état de la chrétienté en général : Il lui a fait voir les fardeaux qui pèsent sur les chrétiens et qui les empêcheraient d’être sauvés : l’alcool, la cigarette, les drogues, les rivalités, les plaisirs malins, l’apostasie, les idoles modernes du matérialisme, la léthargie spirituelle, les avortements, etc. Dieu lui a aussi montré deux groupes d’enfants : un groupe d’enfants joyeux et un groupe d’enfants tristes tenant certaines choses dans leurs mains. Et à la question posée par la femme de savoir pourquoi certains enfants étaient joyeux et d’autres tristes, l’ange du Seigneur répondit à la dame, en disant que les enfants joyeux sont des enfants qui étaient morts de leur mort naturelle, et que les enfants tristes sont  ceux  qui  étaient  victimes d’avortements provoqués sur eux par leurs parents. Et elle demanda ce que signifiaient les choses qu’ils tenaient dans leurs mains, et à quoi elles servaient. Et l’ange de préciser que ces choses étaient les instruments dont s’étaient servis leurs parents pour provoquer l’avortement dans chaque cas, et que les enfants demandaient justice en tenant les mêmes armes dont on s’était servi pour les exécuter, et dont ils voulaient se servir à leur tour contre leurs parents, et criaient vengeance à la cour céleste… Jésus a bien dit « Car ceux qui prendront l’épée périront par l’épée ». (Matthieu 26:52). N’a-t-il pas précisé cela en le réitérant, dans l’Apocalypse 13:10, à propos du jugement de Dieu, en disant : « Si quelqu’un tue par l’épée, il faudra qu’il soit tué par l’épée », c’est-à-dire par la même arme dont il se serait servi ? Toi qui prends un malin plaisir à commettre l’avortement, eh ! sache que le Jour viendra, où, « pour tout cela Dieu t’appellera en jugement » (Ecclésiaste 12:1). Et, à la question posée par cette femme de savoir si l’esprit d’un fœtus est aussi important que celui d’un adulte, l’ange lui a répondu que l’esprit qui est dans un fœtus est le même que celui qui est dans un adulte.

 

Le Jugement à venir... 

Cette vision n’annonce-t-elle pas des choses à venir ? N’est-t-il pas un aspect du grand jugement de Dieu ? Croirions-nous que Dieu tardera à rendre justice à ces enfants et à tous ceux « qui crient vers Lui nuit et jour ?»  Jésus répond à cette question que lui-même pose : « Je vous le dis, il leur fera promptement justice.» (Luc 18:7 et 8). Quelle que soit la forme de ce jugement, il est sûr qu’il y aura un jugement, et chacun « sera jugé d’après ses œuvres.» (Apocalypse 20:13). « Car ces paroles sont certaines et véritables ». (Apo. 21:5). N’est-il pas temps d’arriver maintenant à la repentance sincère, de confesser ses péchés et accepter le don de la vie offerte par Dieu en Jésus-Christ ? N’est-il pas temps d’abandonner le péché, de sortir de son territoire, de changer de camp, et de se préparer à la rencontre de son Dieu qui vient bientôt ? Dans cette même vision, le Seigneur a montré à cette dame, un homme qui n’arrivait pas  à entrer dans le royaume, alors qu’il s’y dirigeait. Elle demanda alors pourquoi cet homme n’arrivait pas à enter dans le royaume, et pourquoi il se dandinait, chancelant de tous côtés. Le Seigneur lui en donna l’explication, en lui disant que cet homme était son serviteur sur la terre, mais que, peu avant la fin de sa vie, il a rempli son cœur de haine et d’amertume contre les autres, et que c’est pourquoi il lui est impossible d’entrer dans le royaume !

 

Pourquoi donc se bercer d’illusion, en se contentant d’une pseudo-grâce, la grâce moins chère, pour être, un jour, désagréablement surpris devant le tribunal de Dieu ? «Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.» (II Cor. 6:2). Toi, ma sœur, toi, mon frère, qui lis ces paroles, tu ne diras plus que tu n’as pas été informé de ces choses ! C’est pourquoi, ainsi parle l’Esprit de l’Eternel : « J’en prends aujourd’hui à témoins contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, pour aimer l’Eternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix, et pour t’attacher à lui : car de cela dépendent ta vie et la prolongation de tes jours.» (Deut. 30:19). Le Dieu trois fois saint, ton Dieu, te parle aujourd’hui. Pour cela, « Fuyez de Babylone, et que chacun de vous sauve sa vie.» (Jér. 51:6).

 

Ces pages sont extraites du livre, Le Respect  du  sacré  dans  la  vie chrétienne, écrit par AKPAGAN  K.  M.  Cyrille, et publié en 2005, puis réédité en 2016. Pour poursuivre votre lecture, cherchez l'édition de 2016, car elle contient plus de 150 pages ajoutées. C'est l'édition définitive.

 

D'autre part, pour compléter vos idées sur le retour de Jésusles différents types de résurrection des mortsl'enlèvement des croyants justesla guerre d'Harmaguédon, la capture de Satan, la guerre de Gog et de Magog, le salut et la vie éternelle, la destruction du mal et du péché, reportez-vous au livre "Les Dimensions du péché et de la grâce", publié en 2019. 

 

Par   Frère AKPAGAN  K.  M.  Cyrille

Conférencier biblique

Évangéliste itinérant

Prédicateur de réveil

Accompagnateur spirituel

Par la grâce de Dieu et pour Sa gloire !

Contact : christvieetaction@free.fr

___________________________________

CHRIST-VIE-ET-ACTION        
La vie du Christ et  l'action du Christ !  Pour mener l'action du Christ, il faut avoir la vie du Christ. Et pour avoir la vie du Christ, il faut avoir l'Esprit du Christ. En effet, "si quelqu'un n'a pas  l'Esprit du Christ, il ne lui appartient pas" !  (Romains 8:9).

Contact : christvieetaction@free.fr

  

Pour nous rencontrer

 

 Voir les autres pièges      Le concubinage        Sais-tu qui est ton pire ennemi sur cette planète ? - Clique sur ce titre ! 

 

  Retour à la page des thèmes